Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for décembre 2009

En cette période de fin d’année et de début de la suivante, on ne s’intéresse pas trop aux amateurs de pétanque ou de boule lyonnaise qui de Fanny n’ont point envie d’embrasser les joues du bas mais préfèrent tirer les rois. A chacun son truc comme dirait Bidule mais si jamais la fève représente Fanny, ce n’est que du bonheur pour eux…

L’événement est proche, tellement proche déjà que certains l’ont déjà célébré en se ruant et dévorant à grand renfort de mandibules la fameuse galette fourrée à la pâte d’amande qui s’appelle galette des rois.
Cette période festive permet de vérifier que lorsqu’on évoque les 3 rois mages venus visiter Jésus, la plupart du temps on n’arrive pas à mettre un nom sur le dernier que ce soit Gaspard, Melchior ou Balthazard. Pourtant c’est facile de se le rappeler ou tout du moins leurs initiales en utilisant un moyen mnémotechnique : GMB qui signifie Gros  Merdier à Bethléem.

Pourquoi 3 rois alors que la Bible ne précise ni leur nombre ni le fait qu’ils étaient rois. 3 est en fait le nombre de cadeaux apportés par ces savants qui n’ayant pas eu le temps de passer à la Fnac s’acheter le dernier GPS high tech, ont confié leurs pas à une étoile. Halley, suivez moi c’est par là semblait leur dire cette dernière aussi connue sous le nom d’étoile de Bethléem et qui selon certaines croyances ne serait que la fameuse comète du même nom. Non pas la comète de Bethléem …. pfffffffffff…..mais de Halley. Allons il faut suivre un peu, quand même…..

Tout cela pour dire qu’en tant que mangeur de galette, il faut se méfier de plusieurs choses:
– Si la fève est découverte trop tôt, cela coupe souvent l’appétit des autres mangeurs qui soudainement trouvent la galette moins bonne que la dernière fois (quand ils ont eu la fève alors que la frangipane industrielle était infecte)
– En ne voulant pas révéler trop tôt que l’on vient du tomber sur l’objet tant convoité, attention de ne pas s’étouffer. Un roi mort ne sert à rien et une reine potentielle se morfond à l’idée qu’elle est passée tout près du bonheur.
– Là je vais vous révéler un secret et je compte bien sur votre discrétion. Les fèves sont offertes gratuitement aux pâtissiers par l’amicale des dentistes de l’épiphanie dont on reconnait facilement les membres du fait que leurs cabinets sont généralement ouverts en cette période.

Et pour finir dans la grâce et la bonne humeur, en tant qu’ancien parisien ayant habité la couronne je dirais que la fève Choisy-le-roi et que celui-ci Bourg-la-reine.

Banane au nez à tous

Publicités

Read Full Post »

Chose promise, chose due je vais vous faire suivre l’évolution de ce dossier tout en respectant la confidentialité de rigueur.

J’ai passé une mauvaise nuit de dimanche à lundi malgré les antalgiques avalés sans plaisir et la douleur s’étant malgré tout intensifiée lundi après midi je me suis résolu à aller faire un examen clinique. Les radios ont révélé ce que je soupçonnais à savoir une fracture de côte du côté gauche, la sixième pour être plus précis. Bilan arrêt de travail, 6 à 8 semaines de guérison dont 4 au moins sans pratique sportive ou physique (non chérie, cette fois ce n’est pas la migraine et j’ai un certificat médical) sous peine de tout recasser.

Bien évidemment mon programme pour les fêtes risque d’en pâtir hélas et j’ai déjà dû annuler toutes les autres sorties prévues et ce à contrecœur comme on peut s’en douter.

Le plus triste dans tout cela ce n’est pas l’accident, car malgré toutes les précautions, on sait qu’un accident est stupide et prend des formes parfois très étranges mais c’est l’attitude du musher (conducteur du traineau) qui ne se montre absolument pas conciliant et refuse même de fournir des informations nécessaires pour la déclaration aux assurances.

Ce monsieur, professionnel de santé, compétiteur international et secrétaire d’un club de chiens de traineaux a un comportement indigne de son pedigree. Mon sentiment est qu’il n’a eu aucune maîtrise de son attelage (il a reconnu lui-même qu’il n’y avait pas assez de neige pour pouvoir freiner), ni de la situation et que cet accident peut ternir son image voire impacter son avenir. Il essaie donc de se couvrir en ne jouant pas franc jeu et en voulant gérer seul ce dossier ce que bien sûr je refuse.

Selon la réglementation en vigueur -Responsabilité et esprit sportif- :  […] tout conducteur (musher) est responsable du comportement de ses chiens, de son assistance ainsi que son propre comportement sur les lieux de la course et sur la piste […]

Le moins que l’on puisse dire est qu’il a oublié la règle de base qui régit l’activité qu’il pratique et savoir que ce triste sire est un compétiteur international m’inquiète sérieusement quant aux niveaux inférieurs vu sa maîtrise des chiens, du traineau et du contexte. J’ose espérer qu’il n’est pas en plus formateur.

On craint déjà les chasseurs lors de balades en forêt maintenant il faut y ajouter les mushers. Attention ils sévissent aussi l’été en remplaçant un traineau à neige par un kart avec des roues.

Read Full Post »

L’année 2009 ne m’épargne pas et vu ce qu’il s’est encore passé aujourd’hui j’ai peur de la tournure que peut prendre cette année avant son terme. Certes il ne reste que 11 jours mais sans être fataliste, non, non, non, tout peut quand même m’arriver.

Tout le monde se rappelle, tout du moins ceux qui me connaissent, ce stupide accident du mois d’aout ou une hache libertine et racoleuse est venue faire du gringue à mon genou qui n’en demandait pas tant. Bilan pompiers, urgences, tendon abimé, rééducation et quelques mois plus tard je gambadais comme un cabri prêt à faire une nouvelle connerie.

La connerie est arrivée ce 20 décembre 2009 mais là je dois dire que ma responsabilité n’est pas engagée sauf d’avoir été au mauvais endroit et au mauvais moment.
En ce jour béni des vieux et des dieux par la même occasion j’ai entrepris de faire une rando raquettes avec un groupe de grenoblo-visiteurs….La température très basse en centre ville ( -12°C) laissait augurer un bon
-20/-25°C sur la crête de la Molière mais au diable les varices quand on est jeune fort et beau, à coeur vaillant, rien ne résiste.

Par contre même avec la volonté et l’envie d’en découdre avec les éléments, il faut savoir se montrer prudent. L’état des petites routes sur le Vercors ne permettait pas d’accéder au point de départ sans une prise de risque pour les 5 voitures qui formaient le convoi. Il fut donc décidé d’opter pour un plan bis, au col de la croix Perrin où l’accès ne posait aucun problème.

On se gare, on se prépare en même temps de 2 attelages de chiens avec leurs mushers hommes (à ne pas confondre avec mushroom in english qui veut dire champignon) et puis nous partons sur cette magnifique route forestière toute enneigée. Soudain un attelage de chiens nous double, le suivant suit. Un chien, deux chiens, trois chiens et boom je ne vois pas le quatrième et chute lourdement au sol après avoir ressenti un choc important derrière les jambes. J’avoue que là j’ai un peu perdu mes esprits mais quand la lumière fut revenue j’étais face à 5 chiens aboyant à tout va et qui tiraient comme des fous les cordages qui les attachaient pour continuer à cavaler. En fait le quatrième chien avait des problèmes d’orientation et au lieu de suivre les autres il a décidé de me contourner m’envoyant valser avec l’aide de ses 8 congénères (9 chiens sur l’attelage) comme une vulgaire crêpe de 85kg. Je n’ai pas vu venir le choc mais j’ai senti arriver la douleur et mon côté gauche a bien dégusté au niveau des côtes et la douleur fut vive.

Une charmante courageuse randonneuse vint à mon secours pour m’extirper de ce mauvais pas alors que le musher (pilote de l’attelage) semblait ne pas être concerné du tout. Plus tard mais alors bien plus tard (on l’a revu sur le parking en fin d’après midi), il s’excusa et expliqua qu’il ne pouvait rien faire car ses chiens étaient trop excités et limite incontrôlables donc si vous voyez un attelage de chiens, planquez vous il y a des barjots en liberté qui ne maîtrisent rien.

Une fois remis sur pieds, je décidais néanmoins de poursuivre la rando mais ce ne fut pas un bon choix. Nous traversions de splendides endroits avec un groupe sympathique et la douleur qui s’intensifiait m’a fait rater beaucoup des plaisirs que ces moments étaient censés m’apporter.


Non je ne suis pas allé aux Urgences malgré la douleur car un dimanche soir, cela ne doit pas être la joie. Je me suis octroyé une soirée de surveillance avec médicaments anti douleurs pour voir l’évolution et peut être aller faire une radio demain. Je vous tiendrai au courant.

J’ai pris la décision de postuler au Guiness book des records dans la catégorie « accidents insolites ». Vu le nombre gens gens qui se font agresser à 4 mois d’intervalle par une hache et un attelage de Huskies (les chiens de l’attelage), je crois que j’ai toute mes chances.

Mince moi qui pensais avoir arrêté les sports à risque, devrais m’inscrire au club de belote de mon village ou alors rester chez moi et regarder les différentes saisons des chiffres et des lettres ? Ah, là c’est sûr, je vais devenir vieux…………..

Read Full Post »

Le Dauphiné a une table de bonne qualité et fort réputée. Parmi les nombreux plats et produits qui la composent 4 plus connus sont le gratin dit dauphinois, les ravioles, le St Marcellin un délicieux fromage et les noix.

Il existe cependant une spécialité hivernale qui bien que peu fréquente mérite quand même qu’on fasse le détour : l’andouille.

L’andouille de Grenoble en fait n’est pas locale mais provient de ces si charmantes et si sympathiques régions qui font de la France un fleuron international en terme de gastronomie. Je disais donc que l’andouille se manifestait à Grenoble et sa région mais on en trouve d’autres variétés en Savoie, dans les Alpes du Sud, en Franche Comté et Pyrénées et probablement des cas isolés sont enregistrés ailleurs.

Mais vous allez me dire : comment reconnait on l’andouille de Grenoble ? Allez dites le. Merci c’est bien. Donc la reconnaître est facile mais la voir est plus difficile de par sa raréfaction. Mais d’aventure si un tel objectif vous motive il suffit de repérer des aires de chainage et d’attendre, lorsqu’il n’y a aucune neige sur la route et qui plus est en dehors de la route.

Le panneau suivant signifie montage de chaines obligatoire en présence de neige….

hé bien bien l’andouille monte ses chaines dès que le panneau est visible ne s’arrêtant pas toujours d’ailleurs sur l’aire de chaînage prévu à cet effet pour le faire.

Il y a plusieurs types de gravité chez l’andouille :

– l’andouille chanceuse qui une fois arrêté se met à engueuler madame car elle a oublié les chaines sauf celle qu’elle porte autour de son cou et qui ne sont là d’aucune utilité. Du coup il repart et pourrait passer pour un être normal sauf que si il y a 20cm de neige plus haut cela met en présence flocon et vrai con et il redevient andouille à part entière et sans sursis ni souci.

– l’andouille maladroite qui a une belle paire de ….. chaînes mais ne les a jamais montées et qui une fois la nuit tombée et après 3H de tentatives infructueuses découvre pour les 3 heures suivantes il n’a pas pris la lampe de poche ou (mieux, conseil du plouc que je représente pour beaucoup de ces lumières furtives) une lampe frontale permettant d’utiliser les 2 mains utilement.

– l’andouille heureuse qui est possesseur de tout le matériel nécessaire et installe ses chaines, s’arrête bien pour les retendre plus tard et qui les laisse installées en permanece au cas où la neige tomberait. On se demande si il ne les retire pas qu’une fois chez lui, son séjour fini et après un long périple de retour. A défaut d’être fréquent il n’est pas rare de voir sa voiture, roues chaînées, sur les parking des hypermarchés « du bas » où il passe pour faire des provisions avant de remonter Lao (non, là-haut car si je dois faire du stop un jour, sûr que j’éviterais de tels véhicules). Roulant à 30 ou 40 km/h il maudit tous ces péquenauds qui le croisent ou le doublent en lui faisant signe, appels de phares ou coups de klaxon qui n’ont pour but que lui signaler sa mauvaise compréhension de la signalisation routière.

Et que toutes les andouilles de France et de Navarre soient rassurées, nous les cul terreux, les bouseux, nous les accueillons volontiers malgré nos différences mais quand même qu’ils ne pètent pas plus haut qu’ils n’ont le cul placé, les mauvaises odeurs en altitude nous n’apprécions pas.

Par contre l’été, lorsque nous nous rendons chez vous chez vous en vacances près des flots ( on va dire bleu) et que l’un d’entre nous décide de rejoindre la grande bleue (comme avant) en maillot de bains, palmes aux pieds, tuba installé en bouche et masque collé sur le nez, en ayant 2 routes à traverser plus le parking d’une grande surface, alors n’hésitez pas et  adoptez le ou exterminez le…. Cela fera un bien énorme à notre ville et à notre région un tel nettoyage et en récompense promis on mettra des canons à neige sur les routes d’accès aux stations et sur certains parkings de la cité grenobloise.

Read Full Post »

Pachigratus marmoratus êtes vous ou pas ?

Point besoin de faire résonner le tambour pour entretenir le suspens de la réponse, pour nombre d’entre nous le chemin est tracé à la naissance.

Tu m’en serres une, j’en pince pour toi ?

Allons faire la révolution….

Read Full Post »

Une de grandes vertus de la blogosphère est de prouver si tant est qu’il le fallait, que comme dans certains autres domaines succès n’est pas égal à qualité mais plus à investissement. A l’instar de la TV et de son fichu audimat, le blogrank ou indicateur de performance d’un blog pollue considérablement un moyen de communication qui se transforme de plus en plus en vecteur de promotion personnelle, qu’en réel partage ainsi perdant beaucoup de son intérêt tout du moins en ce qui me concerne. Il est vrai que partager seul c’est un peu difficile mais faire du réseautage pour la quantité et pas la qualité je cautionne encore moins.

Viens chez moi et je vais chez toi, nous en sommes arrivés à une forme de cyber chantage puéril mais hélas oh combien fréquent.

Quand je visite un blog que je considère intéressant, écrire, de ma part, n’est pas une demande pour créer un flux bidirectionnel. C’est plutôt un commentaire en temps réel sur un article qui m’appelle une réaction et pas systématiquement avec une attente de retour, ni encore moins d’abonnement chez moi dans la discrétion d’un pacte de réciprocité.

Cela ne veut surtout pas dire que je bloque l’accès à mon blog et que je ne veux pas de lectorat, de commentateurs(trices), ni de retour sur mes commentaires. Bien au contraire, mais j’ose espérer que mes visiteurs(teuses) et ceux qui commentent viennent ou viendront pour leur plaisir et pas dans l’attente d’une contrepartie uniquement pour valoriser leur propre blog ou juste pour me remercier d’être passé chez eux.

Oui je suis déçu par le comportement blogosphérien d’une façon générale car j’attache personnellement beaucoup d’importance à la qualité des relations et des échanges pour ne pouvoir accepter le mode de fonctionnement de certains. Mais peut être est ce moi qui n’ai rien compris au phénomène blog ? En ce cas si cela se confirme je n’aurai d’autre choix que de rendre mon tablier pour aller créer de nouvelles recettes et cuisiner les mots ailleurs ou autrement.

Read Full Post »

… il faut choisir.

Mais avouez qu’il y a quand même de quoi hésiter pour certains d’entre nous lorsque de telles annonces s’exhibent si ouvertement dans nos rues.

Du même tonneau, j’ai vu il y a quelque temps chez un négociant en vins réputé un placard (une enseigne pas un meuble) qui trônait majestueusement en vitrine et où l’on pouvait lire : l’eau est polluée, buvez du vin. Surprenant qu’un tel corps de métier se préoccupe de notre santé à ce point. Les médecins et professionnels de santé ne nous auraient ils pas tout dit même si il est de notoriété publique mais pas cliniquement prouvé que les polyphénols présents dans ce breuvage divin et dit vin auraient au même titre que pour la bière et le thé des vertus de prévention de certains cancers ?

Attention malgré tout la vie n’est pas cirrhose que cela et ce n’est pas pour demain qu’il faut croire que le vin, du gros rouge qui tache au très bon cru, sera remboursé en tout ou partie par la CPAM et les mutuelles de santé.

Nonobstant ce point et en poussant le raisonnement encore plus loin, il est tout à fait envisageable d’imaginer que le vin puisse devenir à la fois produit à boire et également carburant pour nos moteurs. Oui je l’ai déjà dit que j’étais fou, pas la peine de me chambrer plus mais le nombre de fois où les fous ont eu raison dans notre existence me rassure TOTAL (ement) et m’engage à persévérer sur la voie de l’incompréhension d’autres truies . Il existe déjà un alcool agricole (bioéthanol produit à base de betteraves ou canne à sucre par exemple) pour moteur et un pays comme le Brésil a déjà 50% de son parc automobile fonctionnant ainsi. Avec quelques recherches complémentaires et l’aide de la technologie on pourra rouler bientôt avec du Pétrus ou du Chateau Latour (les riches seront une fois de plus favorisés ) mais avec interdiction formelle au chauffeur de consommer bien sûr et également de mettre le nez dans le moteur en cas de panne de ce dernier.

A la pompe on remplira le réservoir de la voiture et le jerrycan pour la maison : une seule source, frais d’exploitation réduits, gain de productivité, mais que demande le peuple ? La seule difficulté sera de sélectionner les vins qui auront cette double fonction car sinon on va créer des centres de distribution avec des centaines de pompes….vous imaginez les bouchons ? Pire qu’à Liège. Non il faudra rester raisonnable et conserver une pompe pour l’ordinaire, une pour le super ( AOC) , et une ou 2 pompes pour favoriser la promotion des produits locaux.

Quand je pense au nombre de kms que la vente aux enchères des 18000 bouteilles de la cave Tour d’argent ( sur 450000, rassurez vous il en reste encore à consommer pendant les repas), réalisée hier et ce jour, pourrait permettre de réaliser j’en suis tout retourné. Le prix au km doit être faramineux sachant que le montant mini estimé de la vente est 1000 000€.

Lecteur, commentateurs, extra terrestre, alcooliques anonymes n’oubliez pas cépages, dans quelques années quand elles auront bien vieillies vous y reviendrez et les dégusterez avec délectation.

Et hop …. un petit Madiran …. pour la route.

Read Full Post »

Older Posts »